Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Comportements alimentaires : une étude s’intéresse aux décalages entre comportements déclarés versus réels

Les  sources  d’information  qui  renseignent  sur  les  comportements  alimentaires (consommation apparente,  panels  de  distributeurs  et  de consommateurs,  enquêtes  de  suivi  des  achats,  enquêtes d’opinion, études qualitatives, etc.) apportent souvent de précieux et fidèles résultats. Néanmoins, elles souffrent  aussi  de  biais  créant  parfois  des  décalages  entre  les  comportements  déclarés  et  les comportements réels. Ce problème, qui n’est pas propre à l’alimentation, est lié aux caractéristiques des répondants   (défaut   de   mémoire,   rationalité   imparfaite,   sentiments,   représentations   mentales   et croyances, attitudes psychiques, etc.) et aux contextes de leurs réponses (lieu, moment, situation sociale, etc.).  Il  est  lié  également  aux  démarches  et  méthodes  utilisées  pour  recueillir  les  informations (questionnaire,  entretien,  carnet  de  consommation,  échelle  d’attitudes,  techniques  essentiellement déclaratives,  échantillonnage,  etc.)  et  à  leurs  modalités  ultérieures  de  traitement.

Conscients  de  ces problèmes et de leurs impacts potentiels sur le pilotage de l’action publique, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, FranceAgriMer et l’ADEME ont souhaité commander une étude sur ce sujet. Réalisée par le consortium constitué du CRÉDOC, de NutriPsy Consult,  de Protéines et de Deloitte Développement Durable, elle a consisté en une revue de littérature suivie de trois études de cas. Ces dernières  consistent  à  identifier  les  omissions  (aliments  et  boissons)  associées  aux  déclarations  des consommations  par  la  méthode  des  carnets,  à  mesurer  l’effet  de  lassitude  dans  les  enquêtes alimentaires,  et  enfin  à  évaluer  les  écarts  entre  attentes  exprimées  sur  les  réseaux  sociaux  et comportements d’achat.

Pour en savoir plus : Étude « Comportements alimentaires déclarés versus réels : mesurer et comprendre les écarts pour améliorer l’action publique »

Source : Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation

À voir aussi

nunc sed diam Praesent suscipit neque. accumsan ut Lorem efficitur. porta.