Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Un dossier de la revue Zilsel consacré aux relations homme / animal

La revue Zilsel consacre un dossier au rapport humain-animal et à sa conceptualisation par les sciences sociales.

L’ambition commune aux chercheurs réunis ici est de dépasser les discours généralisants que peuvent tenir philosophes, psychologues et militants. Pour ce faire, ils proposent de mettre au centre de l’analyse l’observation des situations d’interactions interspécifiques. Ainsi, C. Mondémé (CNRS) critique le caractère artificiel des expérimentations de laboratoire pour mesurer l’intelligence animale, à partir d’observations, en situation naturelle, de séquences d’action ayant pour enjeu l’attribution d’une intentionnalité. Un article de D. Guillo (CNRS) propose de ménager des ouvertures vers l’éthologie pour « établir sur des bases solides les modalités d’agentivité des animaux ». Il rappelle que la séparation dure entre nature et culture est en fait une invention récente des sciences sociales, datant seulement du milieu du XXe siècle. Par la suite, une recension par A. Doré et J. Michalon (Inrae et CNRS) d’un ouvrage récent du même D. Guillo, Les fondements oubliés de la culture (Seuil, 2019), pointe les limites de la convergence proposée par ce dernier. Celle-ci tient, selon eux, à une autre forme de généralisation abusive, celle du paradigme de l’interaction, conduisant à sous-estimer le rôle des institutions et des artefacts technologiques (voir aussi une note de lecture publiée précédemment dans La vie des idées par les mêmes auteurs).  S’attaquant à un autre type de discours généraliste, celui des philosophes-militants antispécistes et végans, J. Porcher (Inrae) s’intéresse quant à elle aux registres de justification de la viande in vitro, pour mettre en lumière un autre oublié du débat, le travail animal.

Pour en savoir plus : Les animal studies : nature et culture dans les relations inter-spécifiques.

Source : CEP

Phasellus sem, adipiscing vulputate, risus. eget non ante.