Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Supplémenter les bœufs de boucherie en algues rouges réduirait leur production de méthane entérique de plus de 80 % (Traduction)

Cette étude menée in vivo sur 21 bouvillons Angus-Hereford a permis de confirmer l’efficacité des algues rouges déjà observée in vitro sur la diminution de la production de méthane. Asparagopsis taxiformis pourrait ainsi constituer un additif alimentaire permettant de diminuer de manière significative l’empreinte carbone du bétail ruminant, et potentiellement d’augmenter l’efficacité de la production de viande.

Il a été démontré que l’algue rouge Asparagopsis spp. Pouvait réduire la production de méthane entérique des ruminants jusqu’à 99 % in vitro. L’objectif de cette étude, menée par des chercheurs américains et australiens, était de déterminer l’effet d’Asparagopsis taxiformis sur la production de méthane (g/jour/animal), son rendement (g/kg de matière sèche ingérée (MSI)), et son intensité (g/kg de gain moyen quotidien (GMQ en kg de gain/jour)), l’efficacité de la conversion alimentaire (ECA ; kg GMQ/kg MSI), ainsi que les qualités de la carcasse et de la viande chez les bouvillons en croissance.

Vingt et un bouvillons Angus-Hereford ont été répartis au hasard dans l’un des trois groupes de traitement : taux d’inclusion d’A. taxiformis en fonction de l’apport en matière organique à 0 % (contrôle), 0,25 % (faible) et 0,5 % (élevé). Les bouvillons ont été nourris avec trois régimes : une ration totale mélangée (RTM) à haute, moyenne et faible teneur en fourrage, représentant les régimes des bouvillons en croissance à tous les stades de leur vie.

Les traitements Faible et Elevé sur 147 jours ont réduit le rendement en méthane entérique respectivement de 45 et 68 %. Cependant, il y avait une interaction entre le type de RTM et l’ampleur de la réduction du rendement en méthane. L’ajout d’une RTM à faible teneur en fourrage a réduit le rendement en méthane de 69,8 % (P <0,01) pour le traitement Faible et de 80 % (P <0,01) pour le traitement Elevé. Le rendement en hydrogène (g/kg MSI) a augmenté (P <0,01) de 336 et 590 % par rapport au témoin, respectivement pour les traitements Faible et Elevé. Le rendement en dioxyde de carbone (g/Kg MSI) a augmenté de 13,7 % entre le groupe témoin et le groupe Elevé (P = 0,03). Aucune différence n’a été trouvée pour le gain moyen quotidien, la qualité de la carcasse, l’analyse proximale de la longe, la force de cisaillement ou les préférences gustatives des consommateurs. La matière sèche ingérée a eu tendance à diminuer de 8 % (P = 0,08) dans le traitement Faible et de 14 % (P <0,01) dans le traitement Elevé par rapport au contrôle. Inversement, l’efficacité de la conversion alimentaire a eu tendance à augmenter de 7 % dans le traitement Faible (P = 0,06) et de 14 % dans le traitement Elevé (P <0,01), toujours par rapport au contrôle.

La réduction persistante de la production de méthane par la supplémentation en A. taxiformis suggère qu’il s’agit d’un additif alimentaire efficace pour diminuer de manière significative l’empreinte carbone du bétail ruminant, et potentiellement augmenter l’efficacité de la production.

Référence : Roque BM, Venegas M, Kinley RD, de Nys R, Duarte TL, Yang X, Kebreab E. Red seaweed (Asparagopsis taxiformis) supplementation reduces enteric methane by over 80 percent in beef steers. PLoS One. 2021 Mar 17; 16(3):e0247820. (PDF en libre accès)

Source : Plos One.

 

À voir aussi