L’étiquetage des scores nutritionnels et environnementaux : quels objectifs, questions techniques et impacts ?

Aujourd’hui, les informations qui accompagnent les produits alimentaires vont bien au-delà des règles d’étiquetage : signes de qualité, mentions d’origine, types de production…  Mais le décryptage de ces informations s’avère complexe pour les consommateurs. L’enjeu est donc de simplifier l’étiquetage. Reste que les sujets sont complexes et qu’il ne s’agit pas d’être simpliste … Pour en débattre, l’Académie d’Agriculture de France a organisé une séance dédiée le 30 mars 2022.

La séance publique du 30 mars 2022 à l’Académie d’Agriculture de France a permis de croiser les regards sur les démarches actuellement développées pour répondre aux futures exigences réglementaires qui imposeront d’ici peu un étiquetage simplifié des produits alimentaires. Un étiquetage qui devra renseigner à la fois sur la qualité nutritionnelle de l’aliment et son impact environnemental.

Dans quels buts ? Le premier est d’informer le consommateur en espérant modifier son comportement d’achat vers des choix plus vertueux, en utilisant la technique du « nudge » (coup de pouce). Le second est d’inciter les producteurs, transformateurs et distributeurs à proposer des produits de meilleure qualité nutritionnelle et environnementale, par une démarche d’écoconception.

De la nécessité d’une mesure d’impacts multi-dimensionnelle

Parmi les questions techniques soulevées, Louis-Georges Soler d’INRAE a pointé, entre autres, le coût élevé et la complexité d’une évaluation environnementale préalable à l’obtention d’un logo, cette évaluation se devant d’inclure de multiples impacts qui nécessitent chacun des arbitrages (modèles, données). D’où, selon lui, les actuelles tensions liées au degré de prise en compte de ces impacts selon les systèmes agricoles et en particulier dans les systèmes agroécologiques et extensifs, moins riches en données.

Le recours à des évaluations précises, incluant de multiples dimensions allant même au-delà des impacts environnementaux, telles que le bien-être animal, les résidus de pesticides ou l’impacts sur la biodiversité, se révèle pourtant plébiscité par les consommateurs selon les résultats d’une expérimentation sur un logo dit “environnemental”.

D’où l’importance, des choix méthodologiques derrière les systèmes mais aussi de l’accompagnement de ces démarches d’affichage par la formation, à destination des acteurs des chaînes de valeur impliquées, y compris les associations (santé, environnement, consommation) de citoyens consommateurs.

Pour en savoir plus : L’étiquetage simplifié des scores nutritionnels et environnementaux : objectifs, mise en œuvre et impacts

Source : Académie d’Agriculture de France