21 janvier 2022

Accord interprofessionnel relatif au respect des exigences zootechniques des pays tiers pour l’export de bovins vifs (étendu)

Une très faible part du cheptel bovin français est exportée vers les pays tiers (0,6% en 2020), principalement vers les pays du Maghreb, pour y être élevée dans des exploitations locales. Cependant l’export d’animaux est une activité essentielle pour l’équilibre de la filière française. Il est donc stratégique de tout mettre en œuvre pour préserver ces marchés.

 

Par ailleurs, les pays tiers ont des exigences zootechniques qui leurs sont propres et qu’ils imposent aux exportateurs et importateurs pour s’assurer que les animaux importés répondent à des exigences minimales. Le non-respect de ces exigences par certains opérateurs peut engendrer des tensions voir des fermetures de marché préjudiciables à l’ensemble de la filière.

 

L’accord interprofessionnel relatif au respect des exigences zootechniques des pays tiers pour l’export de bovins vifs du 6 juillet 2021, étendu le 19 janvier 2022, permet d’apporter des garanties supplémentaires à certains pays tiers pour lesquels des problématiques récurrentes de respect d’exigences zootechniques ont été rencontrées.

 

Cet accord interprofessionnel comporte, pour le moment, une seule annexe qui concerne les femelles reproductrices à destination de l’Algérie.