Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Pas d’association entre la consommation de viande rouge et de ses produits dérivés avec le risque de cancer de la prostate selon une récente méta-analyse

Selon les auteurs de cette méta-analyse d’études de cohorte prospectives , le risque de cancer de la prostate n’est pas associé à la consommation de viande rouge quelle que soit les méthodes de cuisson, l’exposition au fer héminique ou aux amines hétérocycliques qu’elles contiennent. Méthodologie : Les auteurs ont réalisé une méta-analyse des études de cohorte prospectives sur l’association entre les consommations de viandes rouges et de produits dérivés et le risque de cancer de la prostate en prenant en compte les méthodes de cuisson, le contenu en fer héminique et l’exposition aux amines hétérocycliques. 26 publications de 19 études de cohortes ont été inclues. Les sommes des risques relatifs ont été estimées pour les plus gros consommateurs comparés aux plus petits. Des analyses stratifiées selon les consommations ont été réalisées pour établir une courbe dose-réponse. Résultats : Les sommes des risques relatifs concernant le cancer de la prostate sont de 1.02 (IC95% :0.92-1.12) pour la consommation totale de viandes rouges, de 1.06 (IC95% :0.97-1.16) pour celle de viandes rouges non transformées (n=9 études), et de 1.05 (IC95% : 1.01-1.10) pour les viandes rouges transformées (charcuteries). Concernant les viandes rouges non transformées, les analyses selon le stade d’avancement du cancer n’ont pas rapporté de données supplémentaires. Celles suivant la localisation géographique de l’étude ou la durée de suivi non plus. Concernant les méthodes de cuisson (5 études), l’exposition aux amines hétérocycliques (5 études) ou au fer héminique (2 études), aucune donnée ne révélait d’association significative. Enfin, les analyses dose-réponse n’ont pas fourni de profil particulier d’association. Conclusion : Les auteurs concluent que leur méta-analyse des données disponibles sur le sujet, tout comme celle qu’ils avaient réalisée en 2010, ne soutient pas l’existence d’une association entre la consommation de viandes rouges et de ses produits dérivés et le cancer de la prostate, bien qu’elle indique une association légère avec les produits carnés dérivés. Source : A review and meta-analysis of prospective studies of red and processed meat, meat cooking methods, heme iron, heterocyclic amines and prostate cancer. Lauren C. Bylsma and Dominik D. Alexander. Nutrition Journal201514:125 DOI: 10.1186/s12937-015-0111-3. 

Article 48/59 du dossier "Viande, alimentation et cancer"

Accéder au dossier

Contact Info-Veille Scientifique