Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Faire mariner la viande limiterait le risque de cancer colorectal

Des chercheurs de l’Inra viennent de découvrir une piste pour limiter l’augmentation du risque de cancer colorectal qui serait potentiellement induit par le fer de la viande rouge. Le secret ? Faire mariner la viande dans une préparation alimentaire riche en antioxydants.

Les cancers, maladies complexes, sont liés à divers facteurs individuels, environnementaux et comportementaux. Après le tabac et l’alcool, l’alimentation est l’un des facteurs comportementaux ayant le plus d’influence sur le risque de développer cette maladie. En ce qui concerne la viande, le WCRF (World Cancer Research Fund) a classé les consommations régulièrement excessives de viande rouge parmi les différents facteurs de risque probables (et non convainquants) pour le cancer colorectal (voir article « Viande et cancer : les conclusions du dernier rapport du WCRF »).

Le  Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a lui considéré la viande rouge comme un produit « probablement cancérogène pour l’Homme » (voir articles « Le CIRC publie sa monographie sur les viandes rouges et transformées »). Un des mécanismes explicatifs possibles serait, le fer héminique de la viande rouge qui, en oxydant les lipides polyinsaturés alimentaires, conduit à la formation de composés délétères pour les cellules épithéliales coliques. Or, ce même fer, hautement biodisponible, permet aussi de limiter le risque de carence en fer, notamment chez les enfants, les femmes et les seniors.

Une étude menée chez l’animal et chez l’Homme

Des chercheurs de l’Inra viennent de mettre fin à ce dilemme en trouvant le moyen de limiter le risque de cancer du côlon potentiellement associé à la consommation de viande rouge : une marinade composée d’extraits aqueux d’olive et de raisin, riches en composés phénoliques aux propriétés antioxydantes, le resvératrol et l’hydroxytyrosol. Publiée fin juin dans la revue Cancer Prevention Research, cette étude montre, chez l’animal (rat et souris) et chez l’Homme, que la consommation de viande bovine ainsi marinée diminue l’oxydation des lipides polyinsaturés des contenus fécaux et, chez l’animal, le risque de cancérogenèse colorectale (diminution du nombre d’adénomes coliques chez la souris). Un effet protecteur observé que la viande soit servie saignante ou cuite à point et sans que l’acceptabilité organoleptique du produit soit altérée.

Au-delà des recommandations de prévention du cancer colorectal, basées uniquement sur la limitation de la consommation de viande rouge (à moins de 500 g de viande cuite par semaine selon les dernières recommandations du WCRF), les chercheurs invitent donc à communiquer sur les méthodes de préparation, à savoir d’utiliser une marinade aqueuse avec un profil phénolique antioxydant.

Source : Inra.

Référence : Martin et al. Targeting colon luminal lipid peroxidation limits colon carcinogenesis associated with red meat consumption. Cancer Prev Res. June 28 2018. DOI: 10.1158/1940-6207.CAPR-17-0361.

Article 58/59 du dossier "Viande, alimentation et cancer"

Accéder au dossier

Contact Info-Veille Scientifique