Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Evolution des consommations d’antibiotiques vétérinaires en Europe

L’Agence européenne du médicament (EMA) vient de publier son rapport ESVAC de suivi des ventes d’antibiotiques vétérinaires. Ce rapport concerne les ventes de l’année 2016 en Europe.

Le rapport ESVAC (European Surveillance of Veterinary Antimicrobial Consumption) de suivi des ventes d’antibiotiques vétérinaires pour l’année 2016 en Europe met en évidence une chute de 20 % en six ans des ventes globales sur les 25 pays suivis entre 2011 et 2016.

Des disparités selon les pays

Avec toutefois des disparités : une baisse de 13,6 % pour les quinolones et de 15,4 % pour les céphalosporines de dernières générations (C3G/C4G), tandis que les ventes de colistine se sont effondrées de 40 % sur ces six années.

La moyenne européenne des ventes est à 124,6 mg/kg en 2016 sur 30 pays, avec deux grands pays toujours fortement consommateurs : l’Espagne (362 mg/kg) et l’Italie (295 mg/kg). La médiane européenne s’élève quant à elle à environ 80 mg/kg (dose d’antibiotiques pour traiter la moitié de la biomasse européenne).

Les bons et les moins bons

Seuls quatre pays ont fortement augmenté leurs usages depuis 2011 : l’Espagne (+ 8 %), le Portugal à 208 mg (+ 30 %), la Bulgarie à 155 mg/kg (+ 67 %) et Chypre (+ 11 %) qui détient toujours le record d’Europe avec 453 mg/kg.

Entre 2011 et 2016, les pays qui ont le plus baissé leurs ventes sont l’Allemagne à 89 mg/kg (- 67 %), les Pays-Bas à 53 mg/kg (- 54 %), la Suisse à 46,6 mg/kg (- 41 %) et la France à 72 mg/kg (- 40 %). Les autres pays sont généralement en baisse plus faible (jusqu’à – 20 %) sur six ans.

En France

La France se classe ainsi au 12ème rang des pays les plus forts consommateurs, en dessous de la moyenne et proche de la médiane.

Entre 2015 et 2016, on note cependant une progression de 2,4 % des ventes en France. Explication ? Après le surstockage de 2014, l’année 2015 a été marquée par l’entrée en vigueur de la loi d’avenir et l’arrêt des remises sur les antibiotiques. L’effort doit donc se poursuivre pour une lutte efficace contre l’antibiorésistance.

Source : European Medecines Agency.

Article 46/46 du dossier "L’antibiorésistance des bactéries d’origine animale"

Accéder au dossier

Contact Info-Veille Scientifique