Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
Actualités - 22 février 2020

Rencontres au SIA avec l’ADEME, l’INRA et Brune Poirson sur AgriBalyse et l’affichage environnemental

Suite aux différents courriers adressés à l’Elysée, aux ministres de l’Agriculture et de l’Environnement ainsi qu’au président de l’ADEME pour exprimer les fortes inquiétudes d’INTERBEV concernant la sortie prochaine de la base de données Agribalyse 3.0 et les écueils de l’affichage environnemental, plusieurs rencontres se sont tenues au Salon de l’Agriculture à ce sujet avec Brune Poirson, Secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique et Solidaire, Arnaud Leroy président de l’ADEME et différents chercheurs de l’INRA. Les limites de l’Analyse de Cycle de Vie (ACV), méthode utilisée pour alimenter la base AgriBalyse sont avérées et partagées par la communauté scientifique. Cette méthode ne permet pas de capter et d’évaluer correctement les bénéfices écosystémiques liées à la valorisation de l’herbe, donc procure une évaluation incomplète des systèmes de production de viande rouge. C’est également le constat fait par les productions biologiques. Plus d’informations en cliquant ICI.

L’enjeu est de taille pour les systèmes herbagers français et pour le développement de l’ensemble des pratiques agroécologiques : l’utilisation actuelle de cette méthode et la publication des données qui en sont issue conduit à écarter les produits issus des systèmes considérés comme les plus vertueux. Sur la base de ce constat, Brune Poirson a engagé l’ADEME à travailler avec INTERBEV afin de proposer, d’ici la publication d’Agribalyse, des évolutions et amendements rendant mieux compte de l’impact réel des viandes rouges et de l’origine France : « Sans quoi, il faudra se poser la question de la publication des données » a-t-elle affirmé.