Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
Actualités - du 11 au 14 Sep 2018.

SPACE 2018 : INTERBEV PRÉSENTE SES TRAVAUX POUR CONCRÉTISER SON ENGAGEMENT SOCIÉTAL

Profitant des salons professionnels d’automne, dont celui du SPACE à Rennes du 11 au 14 septembre prochains, INTERBEV propose à ses visiteurs de mieux connaitre le Pacte pour un Engagement Sociétal, la démarche collective de responsabilité sociétale dans laquelle la filière élevage et viande s’est engagée en 2017. C’est à ce jour la première filière agroalimentaire en France à être évaluée et labellisée par l’AFNOR. En effet, en juin dernier, cette démarche a été gratifiée du label « engagé RSE, confirmé » de niveau 3 sur 4 ; une preuve de la pertinence et de l’importance des actions entreprises collectivement dans la filière sur les sujets de l’environnement, du bien-être et de la protection des animaux, de la santé et de l’information du consommateur ainsi que l’amélioration des conditions de travail. La prise en compte des attentes sociétales via le Pacte pour un Engagement Sociétal a pour objectif de mieux répondre aux attentes des citoyens et consommateurs mais également de permettre aux professionnels d’être acteurs et parties prenantes des débats et de mieux valoriser leurs pratiques et leur métier.

Voici une sélection d’actions concrètes engagées dans le cadre de cette démarche qui sont en cours de déploiement en complémentarité avec celles menées dans le cadre des plans de filière présentés dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation.

Echanges et concertations

  • Un programme de concertations avec 4 ONG de protection animale welfaristes depuis 2017 : CIWF, Welfarm, OABA et LFDA  (à l’instar de celles conduites avec les ONG environnementales FNE, FNH, WWF et GreenCross depuis 2014)
  • Des échanges constants avec des diététiciennes libérales

Veille, Recherche & Développement

  • Des programmes de R&D pour le bien-être et la protection des animaux d’élevage : développer des indicateurs de bien-être animal en élevage, améliorer les bouveries, optimiser le transport et les bâtiments des veaux, évaluer les indicateurs de perte de conscience des animaux à l’abattoir
  • Des programmes de R&D pour l’environnement : des travaux visant à renforcer l’évaluation environnementale de la production de viande en termes d’impacts positifs et négatifs et les pratiques multiperformantes sur les plans techniques, économiques, environnementaux, nutritionnels et organoleptiques.
  • Un programme de suivi et de réduction de l’utilisation des antibiotiques en élevages de veaux qui donne déjà des résultats prometteurs puisque la première vague de collecte des données fait état en 2016 d’une réduction globale de 40% d’utilisation d’antibiotiques dans les élevages par rapport à 2013[1]

Outils opérationnels et d’évaluation

  • Des méthodes d’évaluation et de suivi du bien-être et de la protection animale à l’échelle de la filière : un outil d’évaluation du bien-être des animaux en élevage, en cours de construction, basé sur une liste d’indicateurs
  • Des grilles d’évaluation de la protection animale lors de la mise en marché et de l’abattage, en cours de déploiement
  • Une Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage en cours de révision pour 2019 et qui sera notamment l’outil de déploiement en élevage bovin du Pacte pour un engagement Sociétal, répondant mieux aux attentes sociétales, notamment en matière de bien-être animal et d’environnement.
  • La poursuite du programme LIFE BEEF CARBON et de la diffusion de l’outil d’évaluation environnementale Cap2Er visant à réduire l’empreinte carbone de la viande bovine française en mettant en place en élevage des pratiques efficientes sur le plan environnemental, technique et économique.
  • Un repère de portion raisonnable, adapté aux consommateurs (selon leur âge, taille…) et à décliner dans la filière.

Le manifeste du Pacte pour un Engagement Sociétal est disponible à cette adresse : interbev.fr/manifeste

[1] Les résultats de l’observatoire pérenne des usages d’antibiotiques en production de veaux de boucherie mis en place par l’ANSES[1]-ANMV[2] et l’Institut de l’Elevage à la demande d’INTERBEV veaux en 2015