Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
Actualités - du 16 au 18 Oct 2018.

Réunion du Comité Nutrition Humaine et santé de l’Office International des Viandes

Organisée du 16 au 18 octobre à Paris, la réunion annuelle du Comité de nutrition humaine de l’OIV a rassemblé les chargés de nutrition et autres représentants des filières viande américaine, canadienne, néozélandaise, britannique, uruguayenne, norvégienne, danoise et française ainsi qu’un représentant de CLITRAVI.

Riche en partage d’expériences et en réflexions, le premier jour a été consacré aux présentations de chaque pays sur son actualité en matière de recherche, de stratégies et de communication sur la nutrition et la consommation de viande.

Parmi les différents sujets traités ensuite, deux ont fait l’objet d’échanges plus approfondis :

  • La place de la viande dans une alimentation « plus durable ». Problématique commune à la grande majorité des pays, la remise en question quasi-systématique de la viande est liée à une approche qui reste trop simpliste et bidimensionnelle (climat-santé), que ce soit du point de vue scientifique, politique, médiatique ou de la société civile.
  • Les « sources alternatives de protéines », viande de synthèse et surtout produits à base de végétaux. Les discussions ont porté sur leur qualité nutritionnelle, leurs ingrédients, leur positionnement sur le marché, la réglementation et les dénominations. INTERBEV a présenté ses travaux ainsi que l’actualité réglementaire et législative sur la lutte contre l’usage de dénominations en lien avec l’univers des produits carnés. Un consensus semble ressortir : inutile de les opposer aux viandes puisque ce sont des produits totalement différents et valoriser au contraire le rôle, l’intérêt et les spécificités de la viande dans le cadre d‘un régime alimentaire équilibré faisant la part belle aux végétaux riches en fibres.

Le groupe a par ailleurs émis le souhait de s’engager sur des travaux collectifs : une compilation collective des données de consommations de chaque pays ainsi que la réalisation, sous réserve d’accord en matière de financement, d’une publication scientifique sur la comparaison des recommandations nutritionnelles et alimentaires des différents pays. Enfin, les membres du groupe échangeront au plus vite des éléments pour préparer la sortie prévue en janvier du rapport scientifique international de l’EAT – Lancet Commission « Food, Planet and Health » qui s’annonce particulièrement défavorable à la consommation de viande rouge.