Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
Actualités - 7 septembre 2018

Modes alimentaires, nouvelles générations et consommation de viande : synthèse du Crédoc

Le Crédoc vient de publier une note de synthèse sur l’évolution des consommations de viandes entre 2007 et 2016.

Ce 4 pages s’appuie sur les analyses des consommations individuelles de produits carnés issues de l’enquête CCAF (Comportements et consommations alimentaires en France) et plus spécifiquement sur des typologies de consommateurs réalisées sur 2007 et 2016 à la demande d’INTERBEV.

Ces nouvelles analyses permettent de mettre en relation les consommations de produits carnés avec les évolutions de modes alimentaires et l’influence des différentes générations. L’âge est en effet fortement corrélé aux différences de régimes alimentaires : les plus jeunes consomment davantage d’aliments transformés du type sodas, sandwichs, pizzas, plats composés, alors que les plus âgées restent fidèles aux aliments plus traditionnels.

Les catégories de consommateurs ayant des consommations de viande brute supérieures à la moyenne, sont aussi davantage composées de retraités : ce sont celles qui régressent en 2016 par rapport à 2007.  Une nouvelle catégorie de consommateurs est apparue : les « basiques ». Les régimes alimentaires qui progressent, où les jeunes générations sont surreprésentées, consomment autant ou même plus de produits carnés que la moyenne mais majoritairement sous forme d’ingrédients (viande en petite quantité dans des pizzas, plats composés, etc.), de préparations (hamburgers, etc.) ou bien de steaks hachés, jambon blanc et de volaille.

Plusieurs facteurs pourraient ainsi expliquer l’évolution à la baisse des consommations de viande de boucherie (passées d’une moyenne de 58 g/j/adulte en 2007 à 46 g en 2016) : le vieillissement de la population, le prix, les modifications d’image de la viande en lien avec les préoccupations en matière de santé, de bien-être animal ou d’environnement, mais aussi et surtout l’évolution des modes de vie et de consommations alimentaires.  Les nouvelles générations de plus en plus pressées consomment davantage de plats « prêts à manger » et transforment ainsi leur consommation de viande avec des produits toujours plus élaborés et transformés.