Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Viandes rouges, transformées et cancer colorectal : nécessité de biomarqueurs pour avancer dans la compréhension de la relation d’observation

Selon ce résumé des études épidémiologiques de cohortes américaines et des meta-analyses parues depuis 2007, les données associant la consommation élevée de viande rouge ou de produits dérivés aux risques de cancers sont très hétérogènes mais l’association avec le risque de cancer colorectal semble se dessiner. Le développement de biomarqueurs de consommation et de métabolisme est aujourd’hui nécessaire pour avancer dans la compréhension de ces associations. Objectif : Résumer les résultats des études de cohorte conduites par le National Cancer Institute américain sur les consommations de viande et de produits laitiers en relation avec le cancer et publiées depuis le rapport du WCRF/AICR (World Cancer Research Fund et American Institute for Cancer Research) de 2007. Résultats : Selon les auteurs, la viande rouge représente 58 % des viandes consommées aux USA. La consommation de viande de bœuf augmente en Chine et dans d’autres pays aux revenus modestes à moyens. Concernant le cancer colorectal, les auteurs citent plusieurs études et méta-analyses (PLCO trial, NIH-AARP study, Xu et al., 2013 ; Smolinska et al., 2010 ; Chan et al., 2011) rapportant une association positive avec les consommations élevées de viande rouge, confirmant les conclusions du WCRF. Toutefois une très grande méta-analyse (34 études incluses) rapporte qu’on ne peut pas conclure à une association positive indépendante et univoque. Concernant les autres cancers, les données de la NIH-AARP rapportent une association positive avec le risque de cancer du poumon, de l’œsophage et du foie. Des analyses spécifiques indiquent une association significative avec les cancers du rein, de l’œsophage (cellules squameuses), le foie, les poumons, le pancréas, la prostate. Au contraire, aucune association n’est rapporté avec les cancers de la vessie, de l’estomac, du sein, avec les gliomes ou le lymphome non Hodgkinien. Dans des études PLCO trial et d’autres études incluant la cohorte NCI, les associations avec les cancers du poumon ou de la prostate ne sont pas retrouvées et au contraire, une association est retrouvée avec le cancer du sein. Les méta-analyses incluant uniquement des études de cohortes ne rapportent pas d’association entre la consommation de viande rouge et le risque de cancer du rein. Elles rapportent une association avec le cancer du pancréas uniquement chez les hommes. Elles n’observent pas d’association avec le cancer de la prostate, mais observent une association avec le cancer du sein parmi les femmes ménopausées. Conclusion : Les études épidémiologiques analysées fournissent des données soutenant le rôle des consommations élevées de viande rouge et de ses produits dérivés dans le cancer colorectal. Le développement de biomarqueurs de consommation et de métabolisme semble aujourd’hui nécessaire pour avancer dans la compréhension de ces associations. Source : Zaynah Abid, Amanda J Cross, and Rashmi Sinha. Meat, dairy, and cancer. Am J Clin Nutr. 2014 May, 21.  ajcn.nutrition.org  

Article 33/59 du dossier "Viande, alimentation et cancer"

Accéder au dossier

Contact Info-Veille Scientifique