Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Consommation de viande et risque de cancer – une synthèse bibliographique

Le cancer est une maladie chronique multifactorielle. Les facteurs de risque les plus évoqués sont ceux liés à l’environnement (produits toxiques, pratiques professionnelles, rayonnement solaire), à la génétique, aux hormones et à des comportements individuels. Parmi ces derniers, figurent la consommation d’alcool, le tabagisme, la sédentarité et les habitudes alimentaires. L’identification des facteurs nutritionnels susceptibles d’intervenir sur le risque de cancer a fait l’objet de nombreux travaux depuis près de 40 ans. Des revues de la littérature et des méta-analyses ont été réalisées sur cette base. Le rapport global 2007 de l’expertise collective coordonnée par le World Cancer Research Fund (WCRF) et son actualisation spécifique au cancer colorectal de 2010 font partie des références en la matière. L’objet de ce document est de faire le point sur la relation entre la consommation de viande et le risque de cancer en reprenant les données scientifiques disponibles jusqu’à fin 2010 sur :

  • En première partie : decryptage des relations observées entre les consommations et les risques de cancer dans les différentes études épidémiologiques et méta-analyse.
  • En seconde partie : les principales hypothèses mécanistiques évoquées à ce jour.

Bien que plusieurs études aient évalué l’association entre la consommation de viande rouge et le risque de cancer, le rôle de cet aliment sur la cancérogénèse reste équivoque. Si l’analyse de l’expertise internationale du WCRF et de l’AICR conclut à un risque plus élevé de cancer colorectal avec des consommations importantes de viande rouge et de charcuteries, cette partie du rapport ne fait pas consensus au sein de la communauté scientifique en raison des limites méthodologiques. Certains chercheurs s’interrogent notamment sur le choix des études incluses, le nombre insuffisant d’études significatives servant au calcul des risques, la grande hétérogénéité parmi les études en termes de nombre de sujets, de durée de suivi ou encore de produits carnés considérés. Si les données issues des études épidémiologiques disponibles à ce jour révèlent une corrélation entre des consommations élevées  de viande rouge et le risque de cancer, elles ne permettent pas de conclure à un lien causal entre la viande rouge et le cancer qu’il s’agisse du cancer colorectal ou d’autres cancers. Des études complémentaires paraissent à l’évidence encore nécessaires. Quant aux hypothèses mécanistiques tentant d’expliquer les données significatives retrouvées dans certains travaux, elles nécessitent d’être appuyées par un plus grand nombre d’études pour être validées.

Article 30/59 du dossier "Viande, alimentation et cancer"

Accéder au dossier

Contact Info-Veille Scientifique